Présentation

Patricia Eichel-Lojkine

Résumé


On peut faire le constat, avec F. Lavocat, que le choix du fabuleux ne donne pas toujours lieu à la création de fictions autonomes, pouvant se passer de toute mise en relation avec d'autres univers (fictifs ou actuels). Certaines féeries (C. Coursault prend ici l'exemple de Roberto Innocenti) se construisent sur une double référence : une relation à un monde fictionnel préexistant (celui des contes de fées) et une référence moins attendue au monde actuel, ce qui invite le lecteur non pas à une immersion imaginaire dans un monde merveilleux, mais à une attitude de retrait et à une approche comparative. Lire la suite


Texte intégral :

PDF




Droit d'auteur (c) 2015, Université du Mans

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

ISSN : 2108-7121