Extimacy and Sublimation in The Virgin Suicides (Sofia Coppola, 1999) and Restless (Gus Van Sant, 2011)

Auteurs

  • Isabelle Van Peteghem-Tréard

DOI :

https://doi.org/10.23639/publije.20181048

Mots-clés :

mort, extimité, lenteur, jouissance, sublimation, death, extimacy, slowness

Résumé

Sofia Coppola and Gus Van Sant can be regarded as creators of new forms of slowness among the young generation of American directors because of their use of oneiric aesthetics to portray teenage angst and the intimacy between youth and death. Their mise en scène, long shots and post-modern technique of de-realization enhance a feeling of emotional disconnection while promoting a unified aesthetic of sublimation. Using a Lacanian approach, this paper focuses on the notion of extimacy of teenage psyche as a founding topos in The Virgin Suicides and Restless, or how the directors suture a fragmented imaginary. It then explores the sublimation of intimate grief through fantasy, a cinematic jouissance of the real shared by the protagonists and the public.

 

Sofia Coppola et Gus Van Sant peuvent apparaître comme créateurs de nouvelles formes de lenteur au sein de la nouvelle génération de réalisateurs américains en raison de l’esthétique onirique employée pour dépeindre l’angoisse adolescente et l’intimité entre la jeunesse et la mort. Leur mise en scène, leurs plans d’ensemble et leur technique postmoderne de déréalisation mettent en valeur une esthétique unifiée de sublimation. Fondé sur une approche lacanienne, cet  article s’intéresse à la notion d’extimité de la psyché adolescente comme topos fondateur dans The Virgin Suicides et Restless, ou comment les réalisateurs suturent un imaginaire fragmenté. On examinera ensuite la sublimation d’une souffrance intime  convertie  en fantasme, la jouissance cinématographique du réel partagé par les protagonistes et le public.

Biographie de l'auteur

Isabelle Van Peteghem-Tréard

Professeure en classes préparatoires littéraires et Ciné-Sup à Nantes, Isabelle Van Peteghem-Tréard est titulaire d’une habilitation à diriger des recherches sur Les figures de la sublimation dans le cinéma et la littérature de langue anglaise. Auteure de nombreux articles, spécialiste du cinéma indépendant (Gus Van Sant, Sofia Coppola, Debra Granik) et des voix dites minoritaires aux États-Unis (littérature noire américaine), elle s’intéresse plus particulièrement au cinéma de la lenteur et prépare un ouvrage sur Sofia Coppola.

Téléchargements

Publiée

2018-04-23

Comment citer

Van Peteghem-Tréard, I. (2018). Extimacy and Sublimation in The Virgin Suicides (Sofia Coppola, 1999) and Restless (Gus Van Sant, 2011). Publije, (1). https://doi.org/10.23639/publije.20181048